La rentrée en danse

On a tant attendu

Après une saison 2020/21 on ne peut plus chaotique la saison 2021/22 est bien lancée. Enfin!
Après la participation au festival Oriente/Occidente à Rovereto en Italie avec La Diagonale des Anges la première de Nijinski, mon âme s'envole en dansant a enfin pu avoir lieu à Dijon le 30 septembre avec le soutien du Dancing/CDCN et Itinéraires singuliers. Suive une série de dates jusqu'à la fin de l'année. Vous pourrez aussi (re)découvrir Artemisia au Théâtre de Morteau et les premières ébauches de la prochaine création de la compagnie Dans les pas du Vent, première création dédiée au jeune public.


Du côté de la Ruche en mouvement, la rentrée a débuté lors des Journées Européennes du Patrimoine avec une visite de l'Abbaye et une présentation de la saison 2021/22. Premier spectacle le 2 octobre avec la Cie Alfred Alerte puis Nijinski, mon âme s'envole en dansant les 8 et 9 octobre.
Les résidences continuent avec quelques rendez-vous publics.


On vous espère nombreux tout au long de la saison pour que le spectacle continue à vivre.

à bientôt

 

Les alentours rêveurs

La Cie les alentours rêveurs est une compagnie de danse contemporaine fondée en 2003 qui porte le travail du chorégraphe Serge Ambert.

Son travail s’attache à mettre l’humain au cœur de sa recherche.
L’écriture oscille entre corps théâtral et corps dansant avec une attention forte portée à l’écriture du mouvement et un sens poussé du détail.
Le geste chorégraphique en devient signifiant et expressif porté par un rapport à la musicalité important.
Les thématiques choisies interrogent notre société, l’identité des individus qui la composent ainsi que la notion de normes.

Ainsi depuis 2004 sont traités des thèmes comme la schizophrénie, la maladie mentale et l’enfermement (La Fêlure du Papillon 2004, les âmes perdues 2005, Comme un Bond en plein Ciel 2010, Ce que me dit la Nuit 2014), la dualité de l’homme entre masculinité et féminité (Fleurs sanglantes 2009), la reconstruction après le chaos (Les Blessures volontaires 2012), le rituel (La Femme ailée 2012).

Une part importante de la recherche est tournée vers la relation à d’autres formes artistiques, la musique contemporaine (Desirata 2007), la musique improvisée (Souffle aux Corps 2011), la littérature (A mots perdus 2015). Toutefois le texte et la musique font partie intégrante de ce qui est donné à voir au plateau dans presque toutes les créations. Dernièrement elle a proposé une première création pour l’espace public (Entre deux horizons 2017), duo pour une danseuse en suspension et un danseur au sol.

Dans son travail de sensibilisation la compagnie s’attache à travailler avec tous les publics (scolaires, publics en situation de handicap, amateurs), à la recherche de la signature corporelle et gestuelle propre à chaque individu et où le sensible est le moteur essentiel.

Depuis 2006 la Cie les alentours rêveurs est installée à l’Abbaye de Corbigny à la demande de la municipalité. Elle a ainsi trouvé un écrin idéal pour mener sa recherche et aller à la rencontre des publics.

Parallèlement au travail de création elle propose un projet de développement du lieu intitulé La Ruche en mouvement. Ainsi elle accueille en résidence une douzaine de compagnies par saison et met en place une programmation axée principalement sur la danse, la musique et le jeune public. Elle organise également un festival autour du denier week-end de juin Jours de Danse(s).

La Compagnie les alentours rêveurs est accueillie en résidence d’implantation par la commune de Corbigny dans le cadre d’une convention triennale.

Elle est aidée par le Ministère de la culture/DRAC Bourgogne Franche-Comté au titre de l’aide à la structuration, conventionnée par le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté et subventionnée par le Conseil Départemental de la Nièvre et la Communauté de Communes Tannay-Brinon-Corbigny.